Animal: film documentaire de Cyril Dion

Locaterre a vu le film-documentaire ANIMAL, en avant-première, en présence de Cyril Dion. Ce film est une claque dynamisante à expérimenter au plus tôt et par tous.
https://www.youtube.com/watch?v=b0HouR6CYK4

Cyril Dion :

« Depuis 5 ans la conversation sur le changement climatique a changé. C’est devenu l’une des préoccupations principales des français et même des européens. Beaucoup d’États commencent à prendre des engagements inimaginables en 2015.

Pourtant il reste beaucoup à faire et, surtout, la question écologique est de plus en plus réduite à une question technique. Réduire les émissions de gaz à effet de serre est presque devenu un problème logistique : remplacer les voitures thermiques par des voitures électriques, les centrales à charbon par des éoliennes, l’agriculture chimique par l’agriculture biologique…Pourtant la question écologique est bien plus profonde que cela. Et une autre crise nous le démontre terriblement : la sixième extinction de masse des espèces. Le problème n’est pas simplement d’arrêter d’envoyer du carbone dans l’atmosphère, mais d’arrêter d’éradiquer le monde vivant. Car non seulement nous déréglons le climat mais nous détruisons ou nous polluons tout ce qui permet à cette planète d’être accueillante et de nous garantir des conditions d’existence durables : l’air, l’eau, les sols, les forêts, les millions d’espèces dont nous dépendons.

En 2018, j’ai décidé de faire un nouveau film de cinéma pour mettre ce sujet sur la table et, là encore, proposer des solutions : Animal.

Ce film pose trois questions qui me taraudent depuis longtemps :

– Comment arrêter de tout détruire et, en particulier, les espèces animales ?

– Comment habiter cette planète différemment ? Sans en perturber les équilibres, en cohabitant respectueusement et intelligemment avec les autres formes de vie ?

– À quoi servons-nous, nous les humains ? Est-ce que nous sommes juste là pour jouir et tout dégrader ou avons-nous une fonction, un rôle à jouer dans « l’orchestre du vivant » ?

L’HISTOIRE: J’ai voulu raconter cette histoire à travers l’itinéraire de deux adolescents : Bella et Vipulan, qui ont tous deux 16 ans (en tous cas ils avaient 16 ans quand nous avons tourné…).

Bella est anglaise. Elle participe aussi aux grèves et aux marches pour le climat mais est plus particulièrement engagée dans la défense des animaux sauvages. Elle est ambassadrice de l’Institut Jane Goodall, de la fondation Born Free… Elle est passionnée par les animaux depuis qu’elle est enfant, va régulièrement dans des refuges, va faire des tours la nuit dans le parc près de chez elle. She’s wild.
Vipulan est français. Il participe aux grèves pour le climat depuis le début. Il était avec Greta Thunberg quand elle est venue à Paris, et depuis, n’a pas cessé de s’impliquer dans de nombreuses actions, notamment de désobéissance civile. C’est un vrai scientifique en herbe qui veut devenir biologiste ou climatologue.
Lorsque je les ai rencontrés j’ai voulu comprendre comment leur génération imaginait l’avenir, confronter leur stratégie et voir jusqu’où elle pouvait marcher.
Ensemble nous avons réfléchi et nous avons essayé de voir comment vraiment avoir un impact sur l’extinction des espèces. Comment réussir et pas simplement essayer.
Nous avons commencé par chercher des solutions, comme dans Demain, nous en avons trouvées et rapidement nous nous sommes rendu compte que ça ne suffirait pas. Alors, dans la deuxième partie du film, nous avons changé de stratégie. On est reparti de la base. Quel est le vrai problème ?
À force de rencontrer des scientifiques et des philosophes, nous avons compris qu’il s’agissait à la foi de notre relation au reste du monde vivant, mais aussi de nos croyances, de l’histoire que nous nous racontons sur nous-mêmes, sur le monde, sur ce qui nous rend heureux.

Notre idée que la priorité absolue est la croissance économique, par-dessus tout le reste, plus que les forêts, les animaux, les océans, le climat, est sans doute la clé de nos ennuis.

Restait donc à trouver quelle nouvelle histoire nous raconter collectivement et comment renouer avec les autres habitants de cette planète…

OBJECTIF: Nous rêvons que ce film ait autant d’impact que Demain. Qu’il participe à rendre centrale la question de la disparition des espèces comme celle du climat aujourd’hui. 

Nous espérons que le film aidera à ce que nous changions de regard sur le monde, à ce que nous voyions l’écologie comme une véritable révolution philosophique, copernicienne. Mais aussi qu’il déclenchera beaucoup d’actions concrètes, individuelles et collectives.

En participant à Animal, vous nous aidez non seulement à finir un film qui, espérons-le, vous touchera, vous intéressera, vous émerveillera peut-être, mais aussi un outil pédagogique et de mobilisation.

Au-delà de l’aspect financier (qui compte !) nous rêvons de constituer une première communauté de personnes qui porteront le film avec nous quand il sortira. Même si Demain a été un succès, nous ne pouvons pas présager de la façon dont Animal sera accueilli. Et c’est toujours difficile pour un documentaire d’attirer des spectateurs au cinéma. C’est même de plus en plus dur avec le virus et l’explosion des plateformes.

Leave Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.