Step 1 - Theme Options

To begin customizing your site go to Appearance -> Customizer and select Theme Options. Use the options to customize.

Step 2 - Setup Slider

Go to Theme Options -> Homepage and choose image slider. Add an image, title and description to create a slide.

Step 3 - Create Homepage

Go to Theme Options -> Homepage (Featured) and turn the switch on then add the content you want for each section.

Edito

L’association Locaterre poursuivra le même objectif dans les domaines qui sont à sa portée : l’amoindrissement maximal de l’impact humain sur l’environnement.

Locaterre construit sa dynamique autour d’un groupement d’achats de produits alimentaires biologiques. Elle fait front à l’alimentation de masse. Elle opte pour le bien-fondé des circuits-courts. Elle choisit des productions agricoles de qualité, labellisées et issues d’entreprises familiales.
Dans la pratique, Locaterre façonne un partenariat de “commandes-achats directs” entre ses adhérents – locaterriennes et locaterriens – et ses producteurs. C’est un bon moyen pour s’approvisionner au prix juste pour chaque partie.
Avec la liberté permise par le cadre associatif, Locaterre centralise bénévolement les commandes pour les producteurs. Elle les accueille et les seconde, au besoin, lors des livraisons et distributions.

En plus, Locaterre envisage également la mise en place d’un bouquet d’actions complémentaires. Ce sont les “brigades” qui s’en chargent.
Toutes différentes, chacune porte une mission ciblée, claire et joyeuse. Avec  la volonté de donner des clés pour arriver à user de pratiques différentes au quotidien. Pour que chacun puisse à son tour faire sien l’objectif d’une diminution drastique de l’empreinte écologique individuelle.

Cependant, ne nous y trompons pas : Locaterre est une association qui offre des possibilités, certes, mais elle n’est pas prestataire de service.
Elle demande en retour de l’engagement de la part de ses adhérents. Et ça, c’est un cadeau pour faire sa part en toute conscience. Sa part et plus.


Dans la pratique, l’ambition de Locaterre est de s’inscrire pleinement dans les communs.

Communs s’entend ici au sens de pratiques communes, pas au sens de biens communs. Par leur nature, les communs font prévaloir les droits collectifs  à s’exprimer, à participer aux réflexions et aux actions sur le terrain… Ce système lie les exigences démocratiques à l’objectif environnemental … alors que les forces en place sont généralement verrouillées à des logiques minorant la participation et excluant l’écologie.
Les communs offrent l’occasion d’opérer à l’échelle individuelle une forme de résistance active en adoptant des solutions pratiques pour suivre de nouveaux modes de vie sociale et de consommation. C’est ce qu’on retrouvera dans les brigades.


Intégrée dans l’idée des communs, l’économie locale a intérêt à s’adjoindre un outil monétaire dédié. Il existe : c’est la monnaie complémentaire locale. A Toulouse, le Sol-violette. Et Locaterre l’adopte. Pour ceux qui le souhaitent, il sera possible de régler son adhésion à l’association en Sols.

Reste la question majeure : pourquoi utiliser une monnaie locale ?

Considérons le volume des Sols. Il est abondé quand on en achète  : à savoir, on émet autant de nouveaux Sols que d’euros sont déposés pour les acquérir. A partir de là, la raison d’utiliser cette monnaie est double …
Tout d’abord, les Sols créés – de par leur nature locale – tourneront sur leur zone d’usage circonscrite dont ils serviront les commerces. Par ailleurs, les euros déposés, lors de l’émission des Sols, seront investis eux-mêmes sur cette même aire : dans des entreprises et des projets locaux ou en microcrédits pour personnes en situation d’exclusion financière.

Oui, on a là un outil monétaire particulièrement intéressant.

En résumé, le Sol-Violette se place au service de la vie courante et de ses nécessités. Affecté à 100% dans l’économie réelle et locale, il favorise les circuits-courts et porte ainsi des valeurs environnementales. A chaque nantissement d’euros en Sols-Violette, 5% financent des actions de solidarité : il porte donc aussi des valeurs d’entraide ; et naturellement, il favorise la coopération entre commerçants prestataires. 

Somme toute, alors que l’essentiel des euros en circulation est destiné à la financiarisation et ne correspond plus à l’économie réelle, l’appropriation démocratique de la monnaie devient un enjeu essentiel. Les monnaies locales offrent cette possibilité en soustrayant une petite part des euros pour les investir dans des projets “zéro spéculation”.

Elles donnent à chacun la possibilité de décider du devenir de son argent, c’est là le point de réflexion personnelle. Les monnaies locales posent un  acte citoyen.